La première étape dans la protection foudre fut l’utilisation d’une pointe passive comme “récepteur” pour la foudre (par Benjamin Franklin, vers 1750) puis plus tard, de son évolution, le PDA (Paratonnerres à Dispositif d’Amorçage). Un autre système proposé par Maxwell en 1876 : la cage de Faraday ou cage maillée, est également largement utilisée de nos jours.

Aujourd’hui, ces deux types de systèmes de protection contre la foudre coexistent et sont utilisés massivement. Les deux sont composés principalement de métaux, en particulier le cuivre, sous forme de conducteurs et câbles de grosse section. Bien que le cuivre ait été découvert et utilisé depuis plus de 10 000 ans, 95 % des volumes extraits des mines l’ont été au cours du XX siècle. Le prix du cuivre a été multiplié par 5 dans la période 1999-2006.

Dans le cas de pointes simples ou PDA, deux conducteurs sont généralement utilisés pour guider la décharge de la tige elle même vers le sol. La quantité de conducteur utilisé est donc à peu près équivalente à deux fois la hauteur à laquelle la tige ou le PDA est placé. Dans le cas des cages de Faraday, une bien plus grande quantité de conducteurs de cuivre est nécessaire afin de réaliser le maillage qui entoure toute la structure à protéger.

Par conséquent, la protection contre la foudre peut devenir plus respectueuse de l’environnement ; il est certain que cette industrie peut contribuer grandement à l’effort de réduction de l’utilisation des matières premières non renouvelables.

Le développement durable passe donc sans aucun doute par une utilisation accrue de tiges simples et de paratonnerres de type PDA pour la conception de systèmes de protection foudre et par une limitation drastique de l’utilisation de cages maillées, à réserver uniquement à certains types de sites très spécifiques.

Pour de plus amples renseignements, merci de contacter INDELEC ou son représentant local.